Lettre à la ministre du Patrimoine Canadien - Suivi - Société des écrivains de la Mauricie
17125
post-template-default,single,single-post,postid-17125,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-theme-ver-9.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Lettre à la ministre du Patrimoine Canadien – Suivi

18 Avr Lettre à la ministre du Patrimoine Canadien – Suivi

En décembre 2015, la Société des écrivains de la Mauricie s’est adressée au nom de ses membres à l’Honorable Mélanie Joly, Ministre du Patrimoine canadien, pour faire part de ses préoccupations et de son mécontentement au sujet d’une directive ministérielle préoccupante émanant du ministère du Patrimoine et émise par le gouvernement conservateur. Cette directive aurait obligé les éditeurs québécois qui ne publient pourtant qu’en français à contrevenir à la loi 101 pour remercier le Canada de leur retourner une partie de leurs impôts. En effet, cette directive intempestive demandait aux éditeurs de remercier le Conseil des arts pour son aide à l’édition non seulement en français, comme cela s’est toujours fait de bonne grâce, mais également en anglais, faute de quoi l’aide à l’édition provenant du ministère sera interrompue pour les éditeurs qui auraient refusé d’obtempérer.

La SEM s’insurgeait donc contre cette politique humiliante et inutile qui, nous semble-t-il, n’apportait rien de constructif aux rapports que les écrivain(e)s et les éditeurs du Québec entretiennent depuis longtemps avec Patrimoine canadien. L’ajout de cette exigence pour un lectorat uniquement francophone – puisqu’il s’agit de livres écrits et publiés en français – aurait ouvert une brèche inacceptable dans le caractère officiel de la langue française au Québec. Nous voyions quelque chose de mesquin et d’ouvertement belliqueux dans une telle directive.

La Société des écrivains de la Mauricie a obtenu gain de cause en encourageant les éditeurs du Québec à ne pas se soumettre à cette directive inutile et aliénante. Nous pourrons continuer de vivre en français au Québec, de façon légitime et sans porter préjudice au caractère majoritairement anglophone du reste du Canada. Le respect mutuel est la condition sine qua none du vivre ensemble, croyons-nous.

La ministre et notre nouveau gouvernement ont accepté d’annuler cette directive ministérielle, dans une lettre qui nous est parvenue en avril 2016.

Le Conseil d’administration de la Société des écrivains de la Mauricie:

Louise Lacoursière (présidente), Sébastien Dulude (vice-président), Gilles Toupin (secrétaire), Guillaume Morrissette (trésorier), Anne-Marie Couturier (administratrice), Patrick Loranger (administrateur) et Marcil Cossette (administrateur).

Société des écrivains de la Mauricie

1425, place de l’Hôtel-de-Ville, C.P. 368
Trois-Rivières (Québec)  G9A 5G4
ecrivainsmauricie@gmail.com

Version PDF: Lettre à l’Honorable ministre Joly

Article dans le Nouvelliste: La SEM réclame une annulation

Version PDF de l’article du Nouvelliste: La SEM réclame une annulation _ François Houde _ Arts & Spectacles